Dans la première partie de cet article, je t’ai conté quelques situations où ton très jeune enfant est capable de te faire passer le pouls de 60 à 200, en un quart de seconde à peine.

Je vais continuer sur ma lancée, et avant de passer à quelques situations en-dehors de la maison, là-aussi vécues, je reviens sur quelques cas où ton joli chez-toi est une zone de danger permanent pour ton marmot.

Une des pires « surprises » que j’ai eue et qui m’a fouttu la frousse s’est passée dans la chambre des loulous. Je ne sais plus quel âge ils avaient à ce moment-là, mais c’était l’été et il faisait chaud, et à-vue-de-nez-de-mémoire je dirai que c’était pour leurs 3 ans et des poussières. Je jouais avec eux dans la chambre, et j’ai perdu de vue Nathan quelques instants (je dirai à peine 2-3 secondes max) en jouant avec Evan. Je me retourne : môssieur avait réussi à monter sur le radiateur, sans qu’il n’y ait eu la moindre chose pour l’y aider. Il était posé là, un genou sur le radiateur, tel un chat à regarder par la fenêtre. Techniquement, vu sa taille et la hauteur d’un radiateur, ainsi que la faible profondeur d’un radiateur, je n’imagine toujours pas comment il a pu réussir à monter dessus Oo Et aussi à rester dessus, même s’il était petit, le dessus d’un radiateur c’est tout petit quoi, bordel ! Bref, si tu te lèves le samedi matin pour faire faire de la babygym à ton enfant, attention à ce que ça ne se retourne pas contre toi (et surveille les radiateurs, juste au cas où…).

Nathan (oui toujours lui, plus petit il était le plus casse-cou des deux, maintenant c’est Evan, la « valse » des jumeaux si je puis dire…), a réussi un jour à se brûler d’une façon,  ma foi…inédite ! Pour comprendre, va voir déjà ça http://www.ikea.com/fr/fr/catalog/products/40249386/. Ceci est la petite lampe posée dans le coin de leur chambre et qui remplace la veilleuse. Note : très pratique une petite lampe de ce type, avec un variateur de lumière, pour adapter la luminosité aux besoins de ton enfant selon ses peurs du noir ! Bref, donc un jour la lumière était allumée, fin de journée avant le coucher, et Nathan a réussi à aller se contorsionner la cheville pour rentrer le pied par le dessus de la lampe mais en ayant le dessus du pied vers le bas, comme sur la photo ci-dessous mais avec la jambe pliée moins haute du coup :

Comment Nathan s'est brulé le dessus du pied...très connement !Et évidemment, quand le dessus du pied vient toucher l’ampoule brûlante, tu entends ton enfant hurler d’un coup. Et hop le pied sous l’eau immédiatement. Il n’en a pas gardé une grosse cicatrice mais a compris qu’on ne devait pas toucher les ampoules. Je dois avouer que je n’aurai jamais cru qu’un des loulous irait toucher l’ampoule, et c’est de notre faute si c’est arrivé. Il n’en reste pas moins qu’y mettre la main pour aller toucher l’ampoule, j’aurai compris. Mais là, aller se tordre le pied pour aller le mettre dans la lampe, j’avoue que ça défie les probas pour moi 😮 Si seulement on était passés devant la chambre quelques secondes avant, on aurait pu l’empêcher de…

J’en ai terminé avec les anecdotes « à la maison », et je vais passer maintenant à ces situations qui m’ont fait super peur en extérieur.

Il y a environ 2 mois avant de rédiger cet article, je me suis rendu compte comment des « détails » peuvent avoir toute leur importance dans la sécurité de nos enfants, dans une situation où un enfant est censé ne pas être en danger. Un enfant, rentrant sans doute de l’école, faisait de la trottinette sur le trottoir avec son papa, loin derrière. Jusque-là, ça va (si, ça va, n’insiste pas puisque je te le dis ! C’pas possible ça :D).

Le souci c’est que j’ai vu cet enfant en tournant pour arriver vers l’entrée du garage de mon immeuble. Celle-ci est située sur le côté de la route, avec des voitures en stationnement avant et après. Tu commences à comprendre ? Le chtit n’enfant allait en fait super vite, et quand ma voiture a commencé à s’approcher du trottoir, je l’ai vu passer devant ma voiture à toute allure, et à une seconde près soit je l’envoyais se manger le mur (en pus de la voiture), soit lui venait s’encastrer méchamment dans la voiture. Pourquoi ? Car sa petite taille le rendait invisible derrière les voitures stationnées.

Et parce que son papa ne se rend manifestement pas compte qu’une voiture pourrait sortir d’un garage et taper son gamin. A fortiori une voiture arrivant aussi, de fait, même si ça me semble moins fréquent. Je dois avouer que quand j’emmène les petits à l’école, et quand je les emmenais à la crèche auparavant, j’ai toujours eu peur des garages. Alors oui, généralement il y a une lumière qui montre l’ouverture. Mais il peut arriver qu’elle ne fonctionne pas, et on a bien conscience je pense qu’il suffit d’un seul accident pour qu’il y ait des conséquences dramatiques. Du coup, les loulous savent qu’ils doivent faire très attention avec les garages, car je ne leur ai que trop rabaché, quitte à être chiant à force, mais il en va de leur sécurité.

Et maintenant c’est en sortant de notre petite cour devant l’immeuble que je fais la police : sortir de la cour tranquillement, en regardant avant de sortir. Car si d’un côté il y a une grille qui permet d’avoir de la visibilité, de l’autre il y a un mur. Et il n’est pas rare d’avoir des gens qui passent en courant, en trotinette (et parfois assez vite), voire même en vélo ! Et un quatrans face à une trotinette ou un vélo, le résultat me fait un peu peur voyez-vous…

Beaucoup plus récemment, j’ai eu aussi très peur, et je n’ai pas été le seul. Roulant tranquille pour rentrer du boulot (faut croire que c’est l’heure dangereuse pour les enfants :o), j’ai vu une dame traverser la route, à une certaine distance devant moi sur la route. Ok, pas de souci. Elle commence alors à marcher sur le trottoir, et hop d’un coup un bout de chou qui devait genre avoir à peine 3 ans se met à traverser la route à l’endroit où elle était quelques secondes auparavant. Sauf que moi je n’étais plus loin dudit endroit ! Et là aussi, à une seconde près ou pas loin, c’était le drame. Car papa ne surveillait pas l’enfant qu’il venait de faire descendre de voiture, et maman non plus, supposant certainement que papa le faisait. Et je peux vous dire que même avec les vitres fermées, j’ai entendu papa crier ! Certainement la peur qu’il a eue à cause de la situation.

Récemment également, en voiture toujours, j’arrivais à un carrefour, et une enfant en draisienne, qui devait avoir guère plus que 2 ans (l’enfant, pas la draisienne…enfin en même temps la draisienne j’en sais rien tu me diras ^^’) a commencé à traverser car elle n’arrivait pas réussi à s’arrêter, le trottoir étant en descente, et elle trop petite pour gérer son élan je pense. Sa mère l’a vite rattrapée et tirée vers elle. Mais là encore, le flot de voiture arrivant quasi à ce moment-là, à un instant près le drame était là.

Si je n’ai pas d’autre situation « à une seconde près » qui m’ait réellement marqué, il y a certains moments où je me dis qu’une catastrophe aurait pu arriver.

Comme cette fois où maman m’a raconté qu’en rentrant de l’école, les loulous étaient devant et se sont arrêtés pour traverser. Mais Nathan a dit go et Evan est passé ! Alors que c’est toujours nous les parents qui leur disons quand ils peuvent y aller, naturellement. Fort heureusement, aucune voiture à ce moment-là, mais ils se sont bien fait disputer selon le retour que j’en ai eu.

Ou encore les fois où tu vois un parent laisser son enfant marcher sur le bord du trottoir en faisant l’équilibre, alors qu’il est à même la route et que s’il tombe au moment où une voiture passe…

Et également quand tu emmènes tes enfants au parc, où il y a des jeux avec notamment une rampe pour glisser façon « caserne de pompier », mais qui démarre à la parallèle du sol avant de tourner puis descendre droite. Sauf que ton loulou qui s’accroche avec une main tout en haut et se jette en avant pour aller chercher la partie droite, qui se rate, et se tient vite fait à une main (et n’a pas les muscles pour tenir longtemps la position), s’il tombe de 2 mètres de haut, il peut se faire mal. Et si c’est la tête en premier car il est dans une position un peu tordue à la base, bonjour les dégâts possibles.

Alors, s’il te plait, garde le plus souvent possible en tête qu’il y a des dangers partout dès qu’on sort, encore plus qu’à l’intérieur, et quitte à être chiant avec tes enfants, sois toujours près d’eux et ouvre les yeux partout, anticipe, apprends-leur à toujours regarder avant de passer devant un garage, de traverser, bref, de faire attention ! Car une seconde de plus, ça change tout…

2 Commentaires

  1. ces situations la c’est l’une des raisons pour lesquelles je ne souhaite pas le voir grandir (trop vite) 😉
    Qu’il est agréable le temps ou je pouvais le laisser “posé” à un endroit sans qu’il bouge 😀

Laisser un commentaire